"La Bouffeuse de curé"

30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

De tout temps les curés farceurs s'amusaient avec les enfants, leur faisaient des blagues qui souvent dérapaient dans ce que l'on appelle « l'intime conviction » mais avec amour disaient-ils ! Outrées par ces turpitudes et trouvant trop souvent porte close auprès des hiérarchies religieuses, certaines mères de famille se firent embaucher comme bonne auprès de ces dits curés, n'eurent aucun mal à les séduire, leur proposèrent gâteries et autres douceurs et les émasculaient d'un coup de dents vengeur, recrachaient aussitôt laissant là le curé hurlant de douleurs. Et voilà une bonne chose de faite!.

"Le Coiffeur sur le poteau"

30/40 cm encre de chine et aquarelle sur papier

A cette époque joyeuse où la lutte contre le tabagisme surpassait celle contre la pauvreté, il eut été déplacé de proposer aux condamnés à mort une dernière cigarette, aussi leur fût-il offert une ultime coupe de cheveux.

Certains coiffeurs se proposèrent alors, furent mis en concurrence, un seul d'entre eux fût choisi. Il s'appelait Robert.

"Le donneur de coup de chapeau"


30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

Dès son invention, le chapeau prit le nom de couvre-chef, ce qui n'était pas anodin, car seuls les seigneurs y avaient droit et malheur à ceux qui avaient l'impudence d'oser en porter un, ils risquaient alors 100 coups de chapeau, donnés par une sorte de bourreau à la solde du pouvoir, haï et méprisé de tous et que personne ne saluait quand il passait dans les rues.

Et c'était bien fait pour lui !

 

" Le Dresseur de table"

 

30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

Bien avant que les tables ne soient domestiquées, polies voire soumises comme elles le sont aujourd'hui, elles vivaient en troupeau, libres et sauvages dans d'immenses espaces encore vierges. De jeunes aventuriers exclus des écoles hôtelières décidèrent de tenter leur chance dans ces contrées inhospitalières ils en rapportèrent des couples de tables qui purent se reproduire en captivité mais il fallut les dresser ce qui ne fût pas une mince affaire.

"L'Enrageur de vaches"

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier

 

Il y a bien longtemps, la vie était douce, mais à l'apparition du capitalisme triomphant le peuple affamé dû "bouffer de la vache enragée" pour se donner du courage, il fallut en produire des milliers, une manne pour des centaines d'intermittents(du spectacle) désœuvrés, on raconte même que certains en auraient mangé avant qu'elles ne soient enragées … mais hélas déjà folles!.

'Le Fouetteur de chats"
30/40 cm aquarelle et encre de chine sur papier
Alors que les hippodromes faisaient le plein pour les tiercés, quartés et autres courses hippiques, quelques perdants eurent l'idée d'organiser parallèlement des courses de chats mais sans aucun pari, juste pour contester, ils recrutèrent parmi quelques insignifiants, les plus léger comme conducteurs d'attelages, il n'y a vraiment pas de quoi…!

"Le Frappeur d'imagination"


30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

Beaucoup plus expérimenté que le briseur de rêve, le frappeur d'imagination profite de l'état de rêve éveillé de son client pour lui administrer, par-derrière de violents coups, provoquant ipso-facto de graves traumatismes très souvent inguérissables.

 

"Le Gardeur de tête haute"
30/40 cm aquarelle et encre de chine sur papier
Alors que le pays était à feu et à sang, que les têtes roulaient dans la sciure comme un lapin fait ses crottes, un jeune nobliau harcelé par les révolutionnaires aurait clamé à deux pas de la veuve :" je saurais garder la tête haute !" "pari tenu !" lui aurait répondu l'un d'eux.
Un métier était né. Comme quoi il faut parler pour créer des emplois.

 

"Le Jeteur de bébé avec l'eau du bain"

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier

 

A une époque encore récente ou l'avortement était interdit voire puni d'emprisonnement quelques indigents groupés en association décidèrent d'embaucher des "nettoyeurs" professionnels qui en plus de laver leurs enfants indésirables, les jetaient par dessus bord et par inadvertance en nettoyant leur récipients, les fœtus avaient grandi soit !, mais on ne fait pas toujours ce que l'on veut au bon moment !

" le Mainteneur de tête hors de l'eau "

30/40 cm encre de chine et aquarelle sur papier

Il arrive qu' à de très rares occasions des candidats au suicide par noyade se tranchent la tête au moment fatidique et la projettent hors de l'eau afin de ne pas suffoquer. Ce n'est, bien sûr, pas un métier, mais il m'a paru nécessaire de le noter pour la rareté du phénomène.

Ils pourraient peut-être s'essayer à la pendaison?.

 

" le Nourrisseur d'ambitions "

30/40 cm encre de chine et aquarelle sur papier

 

Afin de donner à la nation l'élite qu'elle réclame, certaines écoles d'administration pratiquent des sélections dites "de gavage d’ego". Choisissant les plus ambitieux pour les mettre dans de grandes fosses et ne les nourrissant que de flatteries gorgées d'impostures. Après quelques mois de ce régime, ils sont mûrs pour la députation. Il faut, bien entendu, pour faire ce travail peu ragoûtant une véritable élite.

"L a Peseuse de pour et de contre "

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier

Recrutées chez les 110 D, les peseuses de pour et de contre pratiquent leur activité "sous le manteau" ou plus exactement "sous la chemise". Travaillant régulièrement pour des instituts de sondage, elles peuvent déterminer à la veille d'élections et selon des critères qui leur sont personnels les risques éventuels de ballottages.

 

" le Preneur de large ou meneur en bateau"

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier

 

On les trouve très souvent chez les navigateurs traumatisés ( chavirage, casse, avaries de toutes sortes, abandons, etc... ). Atteints de boulimie obsessionnelle, ils hantent les pontons de départ des grandes courses affirmant à qui veut les entendre que "ce coup ci, c'est sûr, ils vont gagner ". S'ils ne sont guère convaincants, ils restent néanmoins convaincus.

"le Preneur de mesure"

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier
Persuadés de la nécessité de son action, le preneur de mesures est de plus en plus confronté au laxisme de ses contemporains, lâché par ses donneurs d'ordre, envahi par la démesure, il souffre d'un énorme sentiment de solitude qui le pousse à s'enfermer dans un système à géométrie vitruvienne, en implorant :

"léonard, léonard lamma sabacthani !"

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     "Le Preneur pour des cons (2)"

30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier

Sorti Major des sélections de "gavage d'ego" (voir le nourrisseur d'ambitions), il peut aspirer aux plus hautes fonctions, ce qu'il ne manque pas de faire par un jeu subtil de promesses intenables et de manipulations (in)délicates. D'autant plus intrépide qu'il est séduisant.

"le Ratisseur large"
30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier
À ne pas confondre avec un simple jardinier malgré son costume, le ratisseur large travaille généralement pour de riches propriétaires avides de (re)connaissance rapide, travaillant plus vite qu'un ratisseur ordinaire, ses prestations restent malgré tout de qualité moyenne mais suffisent à contenter ses prestataires.

 

 

 

 

"le Repreneur du poil de la bête"
30/40cm encre de chine et aquarelle sur papier
Afin de récupérer des cheveux vivants pour remplacer ceux perdus par leur patients au court de traitements thérapeutiques, les hôpitaux recrutent une fois par an des repreneur du poil de la bête parmi d'anciens malades, leur donnant ainsi du travail et une bonne raison de vivre.

 

"Le Reveneur sur ses pas"


30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

Après avoir couru les ministères, trempé dans de sordides affaires, volé, triché, menti, bref fait une carrière politique exemplaire, il était fréquent que le remord s'empara de certains élus, aussi pour payer le tribu de leurs ignominies ils devaient faire un « pèlerinage à l'envers » : remonter en aveugle le cours de leur ascension politique . Si par malheur l'un d'eux venait à regarder entre ses doigts et/ou à « s'égarer » dans ses souvenirs, il lui était alors infligé une profonde blessure narcissique : un immense mépris.

 

 

"La Rouleuse de pelles"

 

30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

On raconte que dans certaines régions montagneuses, les déneigeurs s'absentaient quelquefois plusieurs jours, bloqués par la neige(prétendaient-ils!!!). Afin de retenir leurs conjoints et au mépris des besoins de la collectivité, un groupe de femmes décida d'enrouler les pelles à neige, ce qui ne peut se faire qu'en période d'équinoxe lorsque le bois du manche se détend!, ces enroulements leur donnèrent des idées qu'elles mirent en pratique en fêtant l'événement tous les ans quelques jours avant l'équinoxe d'été, embrassant leurs conjoints à pleine bouche (langues roulées!).

 

"Le Violeur de gambe"


30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

Même pris sur le fait, le violeur de gambe continuera de nier, sous prétexte que la gambe se viole afin de lui faire "donner ce qu'elle a dans le ventre". De moins en moins utilisé dans les grands orchestres, il continue, malgré tout d'officier lors de fêtes musicales et champêtres à caractère nostalgique.

 

 

"le Violeur de loi (l'oie)

 

30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

On trouve des traces de violeurs de loi  ou de l'oie dans les textes de Tite-live. Selon la légende les oies de Junon réveillées par les hurlements des gaulois envahisseurs avertirenr le consul Manlius du danger, grâce à quoi la ville put être sauvée. La réalité est un peu différente: les oies ne furent pas réveillées que par des cris... En effet poussés par une libido déviante, les gaulois s'étaient jetés sur les pauvres bêtes.... Depuis par association d'idées et de mots, tout contrevenant à l'autorité est ainsi nommé.

 

"le voyeur rouge"

 

30/40cm encre de chine, aquarelle sur papier

 

Au plus fort de la guerre froide la République Démocratique Allemande décida de former de super espions afin de découvrir des secrets d'alcôves et d'en rapporter les détails les plus croustillants aux membres dirigeants. Ces espions, recrutés chez des chrétiens fondamentalistes n'avaient en la matière que très peu d'expérience et beaucoup d'aprioris, ils rougissaient de gêne et de honte à la vue du moindre téton, mais habités par une conscience professionnelle sans faille, ils n'auraient jamais abandonné leur poste quel qu’en fussent les raisons.

Certains en seraient morts, on se demande bien pourquoi ?

"Un bienfait ne demeure jamais impuni"

Michel Simon